Biografie


 

Data şi locul naşterii: 12 octombrie 1952; sat Vetreşti, com. Herăstrău, jud. Vrancea.
Adresa: RO 6200 Galaţi, Str. Trăian No. 187, cod 800150.
Telefon: (40) 236-41 09 17.
Internet: www.constantin-frosin.uv.ro

Studii:

Licenţiat în filologie: 1976 - Universitatea din Bucureşti, România. Doctor în filologie (Magna cum Laude): 2000 – Universitatea din Bucureşti, cu o teză condusă de Acad. Eugen SIMION (“Schimbarea limbii, schimbarea scriiturii ?”).

Limbi cunoscute:

Româna (maternă), Engleza (fluent), Rusa (bine), Franceza (excelent), Spaniola (bine), Italiana (foarte bine), Germana (moderat).

Funcţii profesionale:

– Liceul Teoretic Adjud (apoi Liceu de chimie) : 1976 – profesor titular de limba franceză
– Centrala Industrială Navală (CIN) Galaţi : 1980 – traducător cu studii superioare
– ICEPRONAV Galaţi: 1983 – traducător cu studii superioare
– Liceul de chimie Adjud: 1986 – profesor de limba franceză
– Editura Porto Franco, Galaţi : 1990 – lector redactor de carte
– Universitatea « Dunărea de Jos » din Galaţi : 1992 – lector asociat de limba franceză ; 1993 – lector titular de limba franceză ; 2000 – Doctor în Filologie
– Universitatea « Danubius » Galaţi : 2000 – lector doctor, 2001 – conferenţiar, din 2003 este profesor

Membru în Academii:

1991 – Membru titular al Academiei Francofone (Paris – Chambéry)
1991 – Membru titular al Academiei Internaţionale Francofone (Bordeaux)
1998 – Membru titular al Academiei Internaţionale din Luteţia (Paris)
2001 – Membru corespondent al Academiei Europene de Ştiinţe, Arte şi Litere (la invitaţia domnului Raymond Daudel, de l’Institut)

Burse internaţionale:

1998 – Bursa TEMPUS la Università degli Studi di Torino

Decoraţii şi medalii:

1995 – Medalia Parlamentului European “Trophée Gerner” (alături de academicienii Eugen SIMION şi Marin Sorescu)
1998 – Medalia de Argint « Le Rayonnement Culturel », acordată de la Renaissance Française
1999 – Medalia de Aur a Academiei Internaţionale din Luteţia (Lutèce)
2000 – Cavaler al Ordinului naţional francez Arte şi Litere (Ordre des Arts et des Lettres)
2003 – Premiul pentru Traducere “Ioan Alexandru”
2004 – Cavaler al Ordinului “Meritul Cultural Român”
2004 – Ofiţer al Ordinului naţional francez Laurii Academici (Ordre des Palmes Académiques)
2007 – Cavaler al Ordinului Cavalerilor Danubieni (cu medalie de Argint)
2009 – Medalia de Argint a Societăţii Academice Arts-Sciences-Lettres (Paris)
2009 – Ofiţer al Ordinului naţional francez Arte şi Litere (Ordre des Arts et des Lettres)
2009 – Medalia de Aur a Meritului şi Devotamentului Francez

Premii, diplome, alte titluri :

1994 – Premiul pentru Traducere al Fundaţiei Franco-Române “Fronde”
1999 – Marele Premiu al Academiei Francofone (Grand Prix de l’Académie Francophone)
1999 – Marele Premiu pentru Literatură al Institutului Italian de Cultură, Neapole
2001 – Premiul pentru Traducere în limbi străine al USR (pentru traducerea lui URMUZ)
2003 – Premiul European de Poezie POÊSIAS
2005 – Diploma de Excelenţă a Judeţului Galaţi
2005 – Premiul Internaţional “Relaţii Culturale” al Uniunii Scriitorilor din Republica Moldova
2008 – Diploma de Excelenţă a Bibliotecii Judeţene « Duiliu Zamfirescu », Vrancea
2008 – Diploma de Excelenţă a Guvernului României, prin instituţia Prefectului
2008 – Diploma de Excelenţă a Bibliotecii Judeţene “V. A. Urechea”, Galaţi
2008 – Diploma de Excelenţă a Asociaţiei „Gheorghe Tăbăcaru”, Bacău, 2008
2009 – Premiul IV al SAPF (Société des Auteurs et Poètes de la Francophonie)
2009 – Mention honorable la Mainichi Contest, Japonia

Visiting Professor în străinătate:

1998 – Visiting Professor, Libero Istituto per gli Studi “Francesco de Sanctis”
1999 – Visiting Professor, Libero Istituto per gli Studi “Francesco de Sanctis”
2011 – Visiting Professor la Université Jean Monnet din Saint-Etienne şi la Université de Toulon
N. B. A conferenţiat cu numeroase ocazii culturale şi literare, de exemplu, în 2004, a conferenţiat la Primăria din Asnières cu ocazia Zilelor Culturii în Balcani.

Funcţii administrative şi publice:

2003 – 2005 – Decan fondator al Facultăţii de Comunicare şi Relaţii Publice, Universitatea « Danubius » din Galaţi
2005 – a fondat Facultatea de Relaţii Internaţionale şi Studii Europene, Universitatea “Danubius”
2008 – în prezent, Director al Editurii Universitare “Danubius” a Universităţii “Danubius” Galaţi

Alte funcţii:

2004 – Preşedinte de Onoare al Asociaţiei Traducătorilor Profesionişti
2009 – Preşedinte de Onoare al Uniunii Veteranilor de Război şi a Văduvelor lor
2008 – Preşedinte de Onoare al Uniunii Internaţionale a Scriitorilor pentru Pace (Paris)
2002 – Membru de Onoare al Asociaţiei « Rencontres Européennes » (Paris)
2007 – Membru de Onoare al Asociaţiei « Printemps Roumain » (Lille)
2007 – Delegat al Societatii Autorilor si Poetilor din Francofonie (SAPF)

Membru în colective de redacţie ale unor reviste:

« Nuove Lettere » (Italia)
« Le Courrier Francophone » (Franţa)
« L’Europe Plurilingue » (Paris)
« Dunărea de Jos » (Galaţi)
« Grai » (Bistriţa)
Director şi Redactor şef al revistei proprii « Le Courrier international de la Francophilie » (150 pagini A4, full colour), în comitetul ştiinţific figurând academicienii Jean CLUZEL, Jean DUTOURD, Profesorii universitari Pierre BRUNEL, Daniel-Henri PAGEAUX, Axel MAUGEY ş. a.

Interese ştiinţifice:

– Teoria şi Arta Traducerii
– Dicţionaristica
– Literatura română de expresie franceză
– Poeţii români de expresie franceză
– Geo-istoria spirituală a Europei
– Francofonia – entitate paneuropeană
– Literatura diasporei
 
PUBLICAŢII (în ordine cronologică inversă):

Volume de autor :

– Minianthologie de poésie roumaine, Supliment Portal PORT@LEU, Bucureşti, 2010 (224 pag.)

– L’Autre Cioran (Cioran lève le masque), Editura l’Harmattan, Paris, 2010 (260 pag.)

– Ces masques de derrière la tête, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2009 (250 pag.)

– Inter-rogations, în antologia Soif de Mots, Tome 23, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), pp. 8 – 32, 2009

– A l’orée d’un bois (24 poètes roumains d’expression française), Editura Centrului Cultural Galaţi, 2006 (226 pag.)

– Pour de bon, Editura Geneze, Galaţi, 1996 (96 pag.)

– Cours de Français en Communication et Relations Publiques, Editura Fundaţiei Academice Danubius, Galaţi, 2006 (290 pag.)

– Stilistica Presei, Editura Fundaţiei Academice Danubius, Galaţi, 2005 (224 pag.)

– Retorica. Teoria argumentarii, Editura Fundaţiei Academice Danubius, Galaţi, 2005 (300 pag.)

– En quête de l’ange, Editura Pallas, Focşani, 2004 (96 pag.)

– Semiotica si Comunicare, Editura Fundaţiei Academice Danubius, Galaţi, 2004 ( 212 pag.)

– La Traduction entre mythe et réalité, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2003 (400 pag.)

– Pohèmes drôles à tics, Editura le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2003 (96 pag.)

– Du Non-Sens au Paradoxe, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2002 (212 pag.)

– Constantin Frosin şi Dan Râpă – Pater Noster, éd. Le Brontosaure, France, 2002 (64 pag.)

– Pensez-vous Français ?, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2002 (200 pag.)

– Après l’amour, à la belle étoile, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2002 (120 pag.)

– Le Français Juridique, première partie, Editura Fundaţiei Academice Danubius, Galaţi, 2002 (450 pag.)

– Le Français Juridique, seconde partie, Editura Fundaţiei Academice Danubius, Galaţi, 2002 (440 pag.)

– Dictionnaire juridique Français-Roumain, Editura Fundaţiei Academice Danubius, Galaţi 2002 (450 pag.)

– Entre le Luth et le Marbre, Editura Eminescu, Bucureşti, 2001 (50 pag.)

– Plus près de Dieu que jamais, Editura N’Ergo, Galaţi, 2001 (48 pag.)

– Schimbarea limbii nu înseamnă schimbarea la faţă !, Editura Eminescu, Bucureşti, 2000 (400 pag.)

– Techniques et Art de la Traduction, Editura Fundaţiei Universitare „Dunărea de Jos” Galaţi, 2000 (200 pag.)

– Le Français juridique, Editura Fundaţiei Academice Danubius, Galaţi, 2000 (240 pag.)

– A la belle... âme, Editura Ambasador, Colecţia Orfeu, Târgu-Mureş, 1999 (64 pag.)

– Tout en vous aimant, Editura Les Dits du Pont d’Avignon, 1998

– Constantin Frosin şi Dan Râpă – George Enescu, Un suflet românesc în universalitate, Editura Alma, Galaţi, 1998 (96 pag.)

– Pages Poétiques, co-production Europoésie (Franta) et Editions en Marge (Canada), 1997 (64 pag.)

– Hymne à larmes honnies, Editura Cartfil, Ploieşti, 1997 (64 pag.)

– Dicţionar de argou Francez-Român, Editura Nemira, Bucureşti, 1996 (160 pag. la X5)

– Mots de passe, Editions l’Ancrier, Strasbourg, 1995 (48 pag.)

– Poèmes, Editura Résu, Franţa, 1995 (64 pag.)

– Ikebana en miettes, Editura Alma, Galaţi, 1994 (94 pag.)

– L’Ivre de peau (h-)ési(-t-)e, Editions l’Etoile d’Argent, Belgia, 1992 (96 pag.)

– Dicţionar Francez-Român, Editura Porto Franco, Galaţi, 1992 (720 pag.)

Traduceri de Constantin FROSIN în edituri străine:

– Nicu VINTILĂ, Poèmes, Les Editions ASLRQ, Canada, 2010
– Ion Luca Caragiale, Contes et nouvelles, Editions APARIS Edifree, Paris, 2009
– Adrian ERBICEANU, La fontaine de ce siècle, Editura ASLRQ, Canada, 2009
– Laurent FELS, Intermittences (traduit en roumain), Editura Joseph Ouaknine, Montreuil, France, 2007
– N. N. BOBICA, La Métaphysique de Gottfried Wilhelm Leibniz, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2007
– Iuliana YON, Dans l’univers s’agenouillant, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2007
– Ion MANEA, Innéfables, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2006
– Valeriu VALEGVI, Place, faites place au tumulte des instants, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2006
– Ioan HUMA, Connaissance et interprétation en droit, Editions de l’Académie Roumaine et Editions le Brontosaure, Bucuresti si Paris (Les Granges le Roi), 2006
– Laura HEPP, Historiettes d’amour, Le Brontosaure, 2005
– Paul Sân Petru, Cette course au tranchant de la foudre, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2004
– Laura HEPP, L’Oiseau rare, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2004
– Laura HEPP, Claire et ses banals miracles, Le Brontosaure éditeur, 2003
– Constantin FROSIN, Simplement un écho – Hommage à Nichita Stanescu, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2003
– Andrei GRIGOR, Eugen SIMION – Monographie, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2003
– Ioan HUMA, La genèse de la conscience morale, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2003
– Paul Sân Petru, Moitié blanc, moitié noir, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2003
– Pater Noster, en colaboration avec Dan RÂPĂ, éd. Le Brontosaure, France, 2002
– Eminescu, Arghezi, Bacovia, Barbu, Blaga, Stanescu, Sorescu în SOIF de MOTS, Editura Le Brontosaure, Paris (Les Granges le Roi), 2002
– Stefan Stanciu: Nicolae Titulescu et la souveraineté de la Roumanie au Danube maritime, Editura Le Brontosaure, 2002
– Eugen SIMION, „Le retour de l’Auteur”, Editura l’Ancrier, Strasbourg (Mundolsheim), 1996
– Marin Sorescu, „Poèmes”, Editura l’Ancrier, Strasbourg (Mundolsheim), 1995
– Sous le signe de l’Enfant-Poète en Roumanie, în Résu 71, France, 1995
– Les enfants du Danube”, Editions Jean-Christophe Lizier, Lamadeleine, Luxembourg, 1995
– Vasile Val Telceanu, Poèmes + Préface, Editions L’Etoile d’Argent, Belgique, 1992

Traduceri de Constantin FROSIN în edituri româneşti:

– Mihai Eminescu, Poèmes, editura online „Carte şi arte”, Bucureşti, 2010
– Culita Ioan USURELU, Générations-Dialogues nécessaires, Editura Andrew, Focşani, 2009
– Rodica Elena LUPU, Autoportrait, Editura AnaMarol, Bucureşti, 2009
– Felicia FELDIOREAN, A tous les Innocents, Editura Anamarol, Bucureşti, 2009
– Antologie: Opt încercări de a te naşte singur, ed. Centrului Cultural Dunărea de Jos, 2005
– Anthologie: Experimentul Focşani, Editura Muzeul Literaturii Române, Bucureşti, 2007
– Valeriu ANGHEL, La Moldavie d’Etienne le Grand, Editura Pallas, Focşani, 2006
– Valeriu ANGHEL, En quête de l’Ange – Poètes de Vrancea, Editura Pallas, Focşani, 2006
– Vasile TARATEANU, Infern personal, ed. Danaster, Iaşi, 2005
– Angela BACIU, Jeunesse à une seule sortie, Editura Dacia, Cluj-Napoca, 2004
– Valeriu ANGHEL, Vrancea dans l’espace culturel européen, Editura Pallas, Focşani, 2004
– Valeriu ANGHEL, Les dimanches de l’herbe, Editura Pallas, Focşani, 2004
– Ioan Flora, La Métaphore trahie, Editura Paralela 45, Piteşti, 2004
– Joel CONTE, La sagesse de l’amour, Editura Pallas, Focşani, 2004
– Niculae Radulescu Botica, Dîner aux nénuphars au menu, Editura Eminescu, Bucureşti, 2003
– Dumitru CERNA, Une bouchée d’absinthe, Editura Casa Cărţii de Ştiinţă, Cluj-Napoca, 2003
– Tudor Cristian Roşca, Etude d’homme tirant une ficelle, Editura Antares, Galaţi, 2003
– Ştefan STANCIU, România şi Comisia Europeana a Dunării, Editura Pax Aura Mundi, Galaţi, 2002
– Aurel Stancu, Leçon pour épervier, Editura Alma, Galati, 2002
– Laura HEPP, Mon propre milieu, Editura N’Ergo, Galati, 2002
– I. L. Caragiale, Mitica, Editura Cartea Românească, Bucureşti, 2002
– Olimpia Sava, Poèmes écho-logiques, Editura Pax Aura Mundi, Galaţi, 2002
– Vicentia Vara, Cette épaule en argent, Editura Tritonic, Bucureşti, 2002
– Gabriel Berceanu, Un ange dans lencadrement de la fenêtre, Editura Cartea Românească, Bucureşti, 2002
– Mihai Eminescu, Sonnets, Editura Eminescu, Bucureşti, 2001
– Anişoara POPA, V. A. Urechia, Profil historiographique, Editura Fundaţiei Academice Danubius, Galaţi, 2001
– Christiane ROEDERER, Pourquoi des poètes en un temps d’indigence? Editura N’Ergo, Galaţi, 2001
– URMUZ, Editura Cartea Românească, Bucureşti, 2001
– Mircea LEONTE, Le Vin, aliment, tonique et médicament, Editura Pax Aura Mundi, Galaţi, 2000
– Cezarina Adamescu, L’Ange Etienne, Editura Arionda, Galaţi, 2000
– Mădălina Marinaşi, La Boîte de Pandore, Editura Pax Aura Mundi, Galaţi, 2000
– Horia ZILIERU, Les muses de l’Amour, Editura Geneze, Galaţi, 2000
– Speranţa Miron, La larme de l’Argile, Editura Pax Aura Mundi, Galaţi, 2000
– Lucian TEODOSIU, Une journée, ma vie, Editura Viiitorul Românesc, Bucureşti, 1999
– Speranţa Miron, Le Silence des cendres, Editura Pax Aura Mundi, Galaţi, 1999
– Ion GABUDEAN, Joies éphémères, Editura Sherpa, Târgu-Mureş, 1997
– Vasile GHICA, Au carrefour des millénaires, Editura Geneze, Galaţi, 1997
– Mihai Eminescu, Luceafarul/Hypérion, Editura Geneze, Galaţi, 1997
– Victor Sterom, L’ombre parlante, Editura Cartfil, Ploieşti, 1997
– Gheorghe MIHAIL, Diagonales existentielles, Editura Alma, Galaţi, 1997
– Dumitru Pricop, Dimitri de la caverne, Editura Geneze, Galaţi, 1997
– Leonida LARI, Aldebaran, Editura Geneze, Galaţi, 1996
– Sterian Vicol, l’Arche – cet autre Labyrinthe, Editura Geneze, Galaţi, 1996
– Laurent BAYART, Vecinii; O bomba in palatul regal, Editura Nemira, Bucureşti, 1996
– Denis EMORINE, Identităţi, Editura Nemira, Bucureşti, 1995
– Daniel WALTHER, Irisul de Persia, Editura Nemira, Bucureşti, 1995
– Ion Barbu, Poèmes, Editura Eminescu, Bucureşti, 1995
– Şerban CODRIN, Entre quatre saisons, Editura Haiku, Bucureşti, 1994
– Şerban CODRIN, Aux confins du silence, Editura Haiku, Bucureşti, 1994
– Niţu DUŢU, Les Lettres des pas, Editura Haiku, Bucureşti, 1993
– Florin Vasiliu, Le sac à lucioles, Editura Haiku, Bucureşti, 1993

Prezenţe în antologii străine/internaţionale (selecţie):

– Jacques Basse - poète »ANTHOLOGIE POETES, tome 4, Rafael de Surtis Editions, 2010
– Antologia ASLRQ, ISBN: 978-2-923768-01-4, Canada, 2009
– FLORILEGE, ISBN: 978-2-9532852-3-9, ISSN France: 2102-3786 (Bibliothèque Nationale), 2009
– antho le Capital des Mots, Esprits poétiques, ISBN: 978-2-911706-41-7, Assoc. Hélices, France, 2009
– inclus in antologia tematica La Terre, editata de Rencontres Européennes, Paris, 2008
– inclus in Florilège des Poètes, coord. de Olivier FURON, editat de Société des Auteurs et Poètes de France, 2008
– inclus in Anthologie mondiale des Poètes, éd. Joseph Ouaknine, France, 2008
– co-traducător, alături de Paul MICLĂU, Marily LE NIR şi Ed. PASTENAGUE, al antologiei La Métaphore trahie, a poetului Ioan Flora, ed. Paralela 45, 2004
– inclus în Surâsul crizantemei (Antologia haiku –ului românesc), ed. Ardealul, 2004
– l’antho Savez-vous parler cui-cui ?, ed. Joseph Ouaknine, France, oct. 2006
– l’Anthologie Perles de poésie, ed. Les Dossiers d’Aquitaine, iulie 2006
– l’Anthologie Le Livre, ed. Les Presses Littéraires, Paris, aprilie 2006
– l’Anthologie du Poème bref, ed. Les Dossiers d’Aquitaine, iunie 2005
– La Main, antologie editată de Association Poésie Terpsichore, Lille, 2005
– Poésie Lumière, editată de Association Poésie Terpsichore, Lille, 2004
– La Brigade, coord. Par René Bonnet de Murlive, ISBN: 2-86476-527-6, Editions ARCAM, Paris, 2002
– Anthologie SEQUENCES, Revue Française de poésie contemporaine, Jean Grassin, ISBN: 2-7055-1210-1, Carnac, France, 1998
– Antho Poètes de chez nous, Assoc. Arts et Poésie, Saint-Ghislain (Belgique), 1997
– Anthologie CRISTAL 1994/1995, Editions GAP, ISBN: 2-74170124-5, La Ravoire, France, 1994
– Anthologie poétique des Flammes Vives, Ed. Flammes Vives, Nîmes1993
– Le chat muse, coord. Par Marcel Beuwens, E. Les Elytres du Hanneton, Bruxelles, 1992

Articole:

Peste 60 articole ştiinţifice, eseuri etc. în reviste franceze şi/sau francophone, precum : Revue de Littérature Comparée, French Studies (Oxford), Traversées, Défense de la Langue Française, Florilège, Visages du XX –e siècle, Parterre Verbal, Nuove Lettere, Le Courrier Francophone, Résu, La Braise et l’Etincelle, l’Etoile du Danube, le Courrier international de la Francophilie, dar şi pe revistele Internet : Agonia, Hermeneia, Transcriptio, şi peste 200 articole în revistele româneşti, dintre care amintim : Steaua, Poesis, Poezia, Contemporanul. Ideea europeană, Familia, Târnave, Porto Franco, Oglinda Literară, Pro Saeculum, Antares, Dunărea de Jos ş. a. (şi capitole în mai multe cărţi multi-autor).

Surse bio-bibliografice:

– DGLR
– Dicţionarul biografic al Literaturii române
– Who’s Who in France, 2005 - 2006
– Who is Who (Enciclopedia Personalităţilor din România), 2008
– “l’Esquirou” no. 35 – 36, 1997, Roger Coste (directorul revistei) semnează la rubrica Espace Francophone, Roumanie, o prezentare a lui CF, paginile 32 – 33
– revista “Le Journal à Sajat” prezintă două cronici semnate de Louis DELORME, la 2 volume de Constantin Frosin, nr. 57, martie 2002, p. 75
– Christiane ROEDERER, “Pourquoi des poètes en un temps d’indigence ?” – Conférence présentée au Colloque de l’Association François Mauriac, près l’Université d’Exeter, juillet 2001, Editions N’Ergo, Galati, ISBN: 973-97265-6-9, pp. 17-19 şi 41-42
– Valeriu Anghel, „Vrancea în spaţiul cultural european”, Editura Pallas, Focşani, 2004, pp. 27 – 29
– Valeriu ANGHEL, Constanţa COATU, “Constantin FROSIN – Un Roumain mondialisé par la Francophonie”, Editura Le Brontosaure, Paris, 2006, ISBN: 2-9000742-113-0, 224 p.
– Laurent FELS, Daniel ARANJO et J-P GAVARD-PERRET, “Constantin FROSIN – Francophile roumain”, Editions Poiêtês, Luxembourg, 2007, ISBN: 978-2-919942-33-6, 60 p.
– Jean-Paul GAVARD-PERRET, “Ce Peu qui est Tout (la poésie de Constantin FROSIN)”, Editions le Brontosaure, Paris, 2009, ISBN: 978-2-916974-26-2, 90 p.
– prezentări ample în reviste ca “l’Encrier”, “l’Esquirou”, “Visages du XX –e siècle” (în această ultimă revistă, Roland le Cordier, de exemplu, semnează un articol intitulat: Constantin FROSIN – un écrivain de culture française)
– În România, ample articole au scris Ionel NECULA, Daniel CRISTEA-ENACHE, Coriolan PAUNESCU, Constantin DIMOFTE s. a.

Fotografii reprezentative

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Constantin Frosin - Poèmes

 


 

Avant-coureurs du Printemps


Pouvoir tendre la main
Et cueillir les étoiles –
J’habite au dixième…

Au moment où l’hiver
Se refait une beauté,
C’est la fonte des neiges…

Où sont les neiges d’hier ?...
Dirent en grelottant les congères.
Que devient l’hiver ?

Autant en emporte le van,
Bougonnent les chariots.
Il ne faut charrier (de) rien…

Quand on baisse les yeux,
On prive le Ciel du miroir
De tous ses instants…

Le gratte-ciel d’en face
Relie le ciel à la terre.
Je brûle d’une vive lumière bleue…

Printemps ouvre les yeux,
L’été met la main en visière,
L’hiver se couvre… les yeux

Une musique bien douce
Dégouline des oiseaux.
Les arbres, portées bien vives…

Dieu parle par les sources,
Par le bruissement des feuilles,
Par le ramage des oiseaux. Mais l’homme ?

Neige dessus, neige dessous,
Les arbres cachent la forêt –
Dieu joue à cache-cache…

L’ici-bas envie
Le là-haut et son Paradis.
Où est donc l’Enfer ?!



POÈMES SOUS – RÉALISTES


01.
A l’ombre de la lumière,
Lendemain se fait hier

A l’autre bout de l’autre bout
Rien se transforme en tout

Aux ternes feux de l’or-or
Même la Raison s’endort

02.
Passé minuit
Soleil lève luit

L’aube se fait nuit
Qui nous éblouit

Le froid nous cuit
Le noir blanchit

03.
Au petit matin
S’endort l’malin

A midi
On s’évanouit

A la tombée du soir
On se dit au revoir

04.
Le printemps perd son temps
L’été a déjà été
L’automne déconne
L’hiver ne sait que faire

05.
Au comble de l’abîme
Un géant cacochyme
Nage à contre-courant
Et hue les passants

06.
A la fin du début
Trois pelés et un tondu
Sur l’Est passent pleuvent tout dru
Au début de la fin
Minuit se fait matin
Le noir mue en serein
Et Pierrot en Tintin

07.
Après avant
Un moulin à vent
S’attaque aux pans
Des neiges d’antan

Avant après
On est Mort-Né
Aux champs élysées
On se taie bien gué
On est tous cinglés

08.
Avant de commencer
Il faut tout terminer
Mettre l’automne devant l’été
Et plus bas que terre péter

Après le déluge
Je fais de la luge
Au bas fond des cimes
(où) la Vie nous décime

09.
D’ici à hier
On est mis en bière
Rien d’autre à faire
Sur cette piètre terre

D’ici (à) beaucoup
On fait son coup :
On rompt son cou
(de bout en bout)

10.
Une foule de rares passants
Se disperse aux portes d’Antan
Au seuil d’étroits infinis
On périt
A mort la vie !
Que longuement vive la mort !
Crie la Raison qui dort…


11.
De loin en loin
La fin nous rejoint
De proche en proche
Du début on approche

12.
Un borgne tire aveuglément aux boulets rouges
De honte sur l’impromptu de Versailles
Un muet crie à tue-tête : que Personne ne bouge !
Sinon ça va être la fête de toutes ouailles…

13.
Derrière la porte
Je me transporte
Tout en émoi
Et pleure : quelle joie !

14.
Plus près d’au loin
Mûrissent les coings
On mange du foin
Et pleure d’embonpoint

Loin d’auprès moi
Je suis aux abois
Au coin d’un bois
M’embrasse un boa

15.
L’orateur harangue les masses : Tout passe, tout casse, tout lasse !
Et, de guerre las, il conclut : H é l a s !

16.
Au-delà d’en deçà
Un sourd-muet gronde : Tra la la !
Il veut mettre paris bas
En bouteille, mais ces éclats…

En deçà d’au-delà
Une brebis galeuse s’ébat
Et guérit de la gale
Une fière martingale !

17.
Une lune noire illumine le soleil
S’endort sur ses lauriers et veille
A ce que nos propres oreilles
Ne soient victimes de la treille
18.
Un gros livre bien mince
S’étire et se pince
A linge s’allonge
Et passe l’éponge

19.
Un Je de forte carrure
Mène une guerre d’usure
L’Autre n’en a pas cure

20.
Un lâche fort intrépide
Se refait les (b-)rides
Leur passe de la peau(no-)made
Et tombe en (c-)rade

21.
Pieuvres nous ! crient les riches
Mais les pauvres s’en fichent
Nous voilà sur la paille !
Mais les pauvres les (b/dé-)raillent



LE TEMPS DE DIRE: OÙ F… !


Un vol de mouettes
pèche dans mon sang
les traces douillettes
des neiges d’antan
Repus, les vautours
plongent dans ma quiétude
dans l’Ailleurs me fourre(n)
s’enflamment les paludes
Une flottille de corbeaux
picorent ma calvitie
mon destin tombe à l’eau
poussé par l’inertie
Tout à coup, je me rends
compte à rebours du four
qu’est notre vie sur les pans
au coucher de l’Amour
Du jour au lendemain
j’enjambe le passé
me trouve sauf et sain
comme un Ra suis-je fait
Et cause de joie
à qui je baise
au coin d’un boa –
maudite Genèse !


FILANTE

Ma bonne étoile
a plus de six branches.
Elle rivalise avec les arbres:
il ne lui manque plus que
les bourgeons, les fleurs et les fruits.
Pour ce qui est des feuilles,
elle n’en a pas besoin:
elle tire sa sève du soleil.
C’est vrai, la Voie Lactée
l’a sevrée très tôt,
mais il lui est resté
l’amour du prochain,
l’amour des hommes
qui sévissent sur terre.
Ils tirent des plans, les nigauds,
sur mon étoile
qui leur a l’air filante.
Ah, vous aussi, bonhomme?
Allez, mettez vot’ ceinture
et grimpez à mes branches.
Si vous aimez le vol,
non pas les petits larcins, certes,
mais les ailes déployées.
C’est ça, vous planez. Déjà…


FOIRE D’EMPOIGNE

Quel est cet entonnoir
qui m’absorbe
moi, le retranché
derrière des murs orbes?

Quelle est cette force de succion
qui me résorbe
moi, qui ai basculé
dans le lunaire orbe?

Qui me broie, tel un débile noir,
moi, qui jouais au théorbe,
moi, qui ai eu beau colmater l’entonnoir
avec d’inoffensifs sorbes?


PLANTE-LÀ TES CHOUX, CABOCHARD

Qui aura planté tous ces épis
dans le champ de ma conscience,
de sorte qu’au lieu des graines
il se présente nombre d’épines
qui s’insinuent dans mes demeures,
me rongent les sangs et me minent?

Mine de rien…

Mine d’or, ce champ de blé sans répit
rend l’œil opaque, au regard la transparence
qui me détache de l’Immaculé hymen
sous l’éclat coruscant de la nitroglycérine,
ce leurre singeur qui meurt de peur, dévaliseur
des haies – vives d’où il arrache l’aubépine,
se calant les joues carmin dans le parchemin vilain
du bataclan mesquin d’un arlequin décrépit…

Les arbres mettent en exergue leur consistance
et cachent la forêt des fredaines mondaines.
Le cerne des yeux, passé aux aveux, déracine
les follets biaiseurs d’un terre-plein lessiveur…

Quand la Raison dort, les Monstres dînent
et attendent sous l’orme l’arrivée des sauriens…


PAR EFFRACTION

Tel un brigand,
la Nuit s’insinue dans les recoins
de mon repos.
Son obscurité
fait peur à la bougie qui m’éclaire
et la souffle, sournoise.
Plongé dans les ténèbres,
je désespère
de m’éteindre aussi.
Je ne me fais pas à tout ce noir
qui me happe…Exigu, cet entonnoir.
Je n’y vois que du feu.
Je rêve d’un encensoir…


EN GARDE À VUE

L’on a de plus en plus
Des absences de pétulance.
Le désarroi est en crue
Et fait preuve de turbulence.

Qui fait danser l’anse
Du panier où tombent dru
Et s’entassent nos transes
A l’instar d’à notre insu?

Qui aurait pensé et cru
Possible cette déchéance?
Qui a jeté son dévolu
Sur ce terrible suspense?

Quelle est cette accointance
Entre le pied de grue
Et le visage de bois des distances?
C’est notre portion congrue…

La glue joufflue de la ciguë
Tanne le cuir de notre existence.
Abstrus, malotru et ventru
Notre seul lot reste la Potence.

On feint de faire bombance
Malgré qu’on ait la berlue.
On met à nu cette Redondance:
Notre vie est la plus grosse bévue !


À TOUTES FINS UTILES

Il n’y a plus de pont-levis.
Le Vaisseau Fantôme l’emporta
Lors du séjour sur le parvis
Du temple qui, aussi, s’en alla.

Personne n’accède à mon Chîteau.
Mon îme quémande une tour d’ivoire,
Mais celle-ci fait, hélas, défaut.
Entre-temps, le Sphinx réclame à boire.

Mes pas se font toujours plus rares,
Un grand oiseau noir guette mon nid.
Ma solitude grouille de cafards
Qui s’attaquent à mes pîles débris.

J’étale les cartes de mon vieux jeu
Et, d’un coup, mon chîteau s’écroule.
Je m’empresse d’exaucer les vœux
Du Sphinx, mais déjà il s’éboule.

Un grand vent ensevelit nos traces.
Main dans la main, toujours plus bas,
L’on descend vers le pays de grîce:
Des ponts-levis supportent la Croix.


COMPTE À REBOURS

Vie, pelote déroulée
en rets perfides
sur les champs du Non-Être.
Fouiller la durée dissimulée
dans les interstices du vide
où règne le Paraître.
Cette Durée – un Espace
bîti sur l’illusion rapace.
Les étoiles s’engouffrent
dans les couloirs du silence:
l’Univers souffre,
le Cosmos sent le rance.
La matière se fait esprit,
le Néant donne des leçons impies.
L’ombre du froid, aux abois,
brille de mille feux peureux,
de mille pertes alertes.
Entre l’Être du Chaos
et le Néant du Non – Être,
l’absence d’Être
surgit en bandit
régnant au fond du puits
et brandit l’arme du Puis:
C’est l’heure, Amis !

 
Par effraction

Tel un brigand,
la Nuit s’insinue dans les recoins
de mon repos.
Son obscurité
fait peur à la bougie qui m’éclaire
et la souffle, sournoise.
Plongé dans les ténèbres,
je désespère
de m’éteindre aussi.
Je ne me fais pas à tout ce noir
qui me happe… Exigu, cet entonnoir.
Je n’y vois que du feu.
Je rêve d’un encensoir…


En garde à vue

L’on a de plus en plus
Des absences de pétulance.
Le désarroi est en crue
Et fait preuve de turbulence.

Qui fait danser l’anse
Du panier où tombent dru
Et s’entassent nos transes
A l’instar d’à notre insu?

Qui aurait pensé et cru
Possible cette déchéance?
Qui a jeté son dévolu
Sur ce terrible suspense?

Quelle est cette accointance
Entre le pied de grue
Et le visage de bois des distances?
C’est notre portion congrue…

La glue joufflue de la ciguë
Tanne le cuir de notre existence.
Abstrus, malotru et ventru
Notre seul lot reste la Potence.

On feint de faire bombance
Malgré qu’on ait la berlue.
On met à nu cette Redondance:
Notre vie est la plus grosse bévue!


À toutes fins utiles

Il n’y a plus de pont-levis.
Le Vaisseau Fantôme l’emporta
Lors du séjour sur le parvis
Du temple qui, aussi, s’en alla.

Personne n’accède à mon Château.
Mon âme quémande une tour d’ivoire.
Mais celle-ci fait, hélas, défaut.
Entre-temps, le Sphinx réclame à boire.

Mes pas se font toujours plus rares,
Un grande oiseau noir guette mon nid.
Ma solitude grouille de cafards
Qui s’attaquent à mes pâles débris.

J’étale les cartes de mon vieux jeu
Et, d’un coup, mon château s’écroule.
Je m’empresse d’exaucer les voeux
Du Sphinx, mais déjà il s’éboule.

Un grand vent ensevelit nos traces.
Main dans la main, toujours plus bas,
L’on descend vers le pays de grâce:
Des ponts-levis supportent la Croix.


Compte à rebours

Vie, pelote déroulée
en rets perfides
sur les champs du Non-Être.
Fouiller la durée dissimulée
dans les interstices du vide
où règne le Paraître.
Cette Durée – un Espace
bâti sur l’illusion rapace.
Les étoiles s’engouffrent
dans les couloirs du silence:
l’Univers souffre,
le Cosmos sent le rance.
La matière se fait esprit,
le Néant donne des leçons impies.
L’ombre du froid, aux abois,
brille de mille feux peureux,
de mille pertes alertes.
Entre l’Être du Chaos
et le Néant du Non-Être
l’absence d’Être
surgit en bandit
régnant au fond du puits
et brandit l’arme du Puis:
C’est l’heure, Amis!


(Inter-)Rogations

J’écoute le silence
et scrute l’invisible…
Je m’emplis d’absence,
m’attriste le risible…

Un saut en arrière
est tout vrai progrès…
Un grain de poussière
est l’Humanité…

Être en déshérence
frôlant le possible…
Se remplit l’absence,
s’attriste le risible…

Traîneur de rapière
Damoclès était…
L’amoureux des pierres,
la Bible veut défier…

M’immole la naissance,
renais destructible…
On boude la malchance
de cette vie pénible…

On adore l’amer,
le doux, on le hait…
La croix et la bannière
nous aident à oublier…


En sereine deherence

Poème dédié à Joël CONTE
et à la ville de Paris

On fait la navette
Entre la vie et la mort.
Dès sorti des layettes,
On se rue sur l’or…

On ne l’emporte pas,
Dit-on, au Paradis.
La vie est aux abois :
Perfide, l’Infini…

On glisse sur son erre
Sur les quais de l’hagard.
Qu’est-ce que l’homme ? Un pauvre hère
Feignant l’or en barre…

Il crache, toute honte bue
Sur l’icône du Seigneur.
Il défie, Lustucru,
L’avenir, qui pleure…

Le passé s’amuse,
Le présent s’énerve.
Les poètes en quête d’une Muse
Sont les seuls en verve…

Bien fou scénario,
Terrible, cette scène de théâtre.
L’Homme s’en va à vau-l’eau,
D’une mine acariâtre…

 

 

 

 

 

 
 

 
Mihai Eminescu - “Poèmes ”
(traductions de Constantin Frosin )

M I H A I   E M I N E S C U


DU NOIR …


Du noir de l’éternel oubli

Où tout ce qui est, roule,

Toutes les jouissances de notre vie,

Les lueurs du crépuscule.

Du point où ne ressurgit plus

Rien de ce qui passa,

J’aimerais qu’une fois dans ta vie, tu

Prennes ton vol vers là-bas.


Et si les yeux que j’ai aimés

Ne débordent de lumières,

Considère-moi rasséréné

De tes éteints éclairs.


Et si la voix tellement chérie

S’abstient de me parler,

Je comprendrais que tu me cries

D’outre tombe, ton empyrée.



JUSQU’À L’ÉTOILE…


Jusqu’à l’étoile qui s’est levée

Il est un si long chemin,

Que la lumière mit des milliers

D’années pour nous rejoindre, enfin.


Peut-être s’est-elle éteinte en route

Noyée par le bleu lointain.

A peine aujourd’hui, sous notre voûte,

Eclaire nos yeux incertains.


L’icône de l’étoile qui mourut

Gravit lentement dans le ciel.

Elle scintillait inaperçue,

Maintenant on la voit – irréelle.


Il en est de même de notre dor

Péri dans la nuit épaisse,

La lueur de l’amour bien mort

S’entête à nous suivre sans cesse.




POURQUOI NE VIENS-TU PAS ? …


Tiens, les hirondelles vont filer,

Se secouent les fleurs de noyer.

La brume recouvre les vignes là-bas –

Pourquoi ne viens-tu pas, pourquoi ?


O, reviens dans mes bras câlins,

De te regarder, j’ai bien faim,

De poser doucement mon front béat

Contre ton sein, contre ton sein à toi !


Te souviens-tu : frais et dispos

On errait par monts et par vaux,

Je te levais à bout de bras

A tant de fois, à tant de fois !


Dans ce monde, il y a des femmes

Dont les yeux font jaillir des flammes,

Mais fût-elle suprême, leur beauté,

Elles te sont inférieures, tu le sais !


Car toi seule rends le calme sans cesse

A la vie de l’âme en détresse,

Que tous les astres plus achevée -

Ma bien-aimée, ma bien-aimée !


A présent, automne avancé.

Les feuilles retombent dans le sentier.

Et ces champs sont vagues et comme ras…

Pourquoi ne viens-tu pas, pourquoi ?




KAMADEVA


Des douleurs de l’amour, voulus

Mon âme guérir, déjà à bout.

Dans mon sommeil, criai Kama –

Kamadeva, le dieu hindou.


Il arriva, enfant hautain

A cheval sur un perroquet,

Affichant un sourire captieux

Sur ses lèvres de corail, toutes pâles.


Nanti d’ailes propres, dans son carquois

Il garde comme armes autant de traits -

Uniquement des fleurs vénéneuses

Venues du Gange tellement altier.


Il chargea son arc d’une belle fleur

Et juste au coeur il me férit,

Si bien que toutes les nuits, sans trêve,

Je pleure, insomniaque, dans mon lit…


Muni d’une flèche envenimée

Vint me donner une correction,

Le fils de la bleue voûte céleste

Et de la trop vaine illusion.




À MES PROPRES CRITIQUES


Des fleurs, il y en a beaucoup,

Mais peu vont porter fruit un jour :

Chacune frappe aux portes de la vie,

Mais retombent par terre, sans détours.


Il est facile d’écrire des vers

Lorsqu’on ne trouve plus rien à dire,

En enfilant des mots trop creux -

N’importe, le faux va resplendir.


Si ton coeur en est à pétrir

Mainte espérance et force passions,

Et que ton esprit trouve le temps

A cela de faire attention,


En vraies fleurs aux portes de la vie

Ça frappe aux portes de la pensée,

Demande à entrer dans le monde,

Exige les vêtements du parler.


Pour l’amour de tes propres passions,

Pour l’amour de ta destinée :

Où gardes-tu tes inquisiteurs,

Fort impitoyables, yeux glacés ?


Ah ! Tu as alors l’impression

D’attraper le ciel sur la tête :

Où trouveras-tu donc le mot

Apte à la vérité bien nette ?


Hé, vous, critiques aux fleurs stériles

Incapables fruits de produire :

Il est facile d’écrire des vers

Lorsqu’on parle pour ne rien dire.




LE DÉSIR


Viens dans le bois, à cette source-là

Qui tressaute sur le gravier,

A l’endroit où champs de sillons,

Par branches ployées, sont masqués.


Accours donc dans mes bras tendus

Et épanche-toi sur mon cœur,

Je te soulèverai alors le voile

Me cachant ton charme si rieur.

Sur mes genoux, là, viens t’asseoir,

L’on sera à deux, tout seuls ;

Et dans tes cheveux frémissants

Il neigera fleurs de tilleul.


Coiffé de blond, ton front si blanc

Couche-le sur mon bras,

Et laisse tes lèvres si délicates

En proie aux miennes. Tu verras…


L’on fera un beau rêve de bonheur

Conjoints par l’écho du chant

Murmuré par sources solitaires,

Par un léger souffle du vent.


L’harmonie de cette belle forêt

Inquiétante, nous enivre.

Des fleurs de tilleul, à l’envi,

Verseront sur nous, en chute libre.




L E    L A C


Un lac bleu, au milieu d’un bois

De jaunets d’eau est parsemé,

Faisant des ronds d’écume sur l’eau

Une petite barque s’y voit trembler.


Je me promène le long des berges,

L’oreille tendue, pris de langueur.

Je brûle de la voir jaillir des joncs

Et tendrement me presser sur son cœur.


De sauter ensemble dans la barque

Par le murmure des vagues guidés,

De lâcher le gouvernail,

Les avirons d’abandonner.


De flotter, ensorcelés,

Au clair de la lune, douce et blonde –

D’ouïr les joncs bruire au vent

Et le tendre clapotis de l’onde !


Mais elle ne vient pas. Solitaire,

J’ai beau souffrir et soupirer

Au bord de ce lac bien bleu

De jaunets d’eau tout parsemé.




VENISE


La vie de la grandiose Venise s’est éteinte,

Ni chansons, ni lumières de bal ne l’assaillent

Dans l’escalier en marbre, par les vieux portails,

Entre la lune, offrant aux murs une bien blanche teinte.


Okéanos sanglote, pleure dans les canaux…

Rien qu’immortel, il reste dans la fleur de l’âge.

Un baiser mettrait du souffle au cœur volage,

Il déferle sur de vieux murs, résonnent ses flots.


Un gros silence de mort, règne dans la cité,

Aumônier témoin d’un temps indélébile :

Bien sinistrement Saint-Marc minuit va marquer.


D’une voix sépulcrale, une voix de Sibylle,

Il prononce lentement, d’une façon cadencée :

Les morts ne ressuscitent jamais, va, nubile !
 
 
LUCIAN BLAGA

DON QUIJOTE

Vois-tu, Sancho, cette chance qui prétend
Qu’on roule sa bosse, l’opiniâtre ?
La nuit est bien chaude, un vrai âtre…
On passa un mauvais moment.

Vois-tu Sancho, au loin des signes,
Ces étoiles dans l’azur marcher –
Sur nos brisées elles courent et clignent
S’efforçant de nous haranguer ?

Que vois-tu là-haut, comme des branches –
Des moulins à vent, à ailes bien blanches ?
Ou bien des dragons qui témoignent
Des dangers qui sous peu se vengent

Ou les moulins sont simplement anges
Tombés du ciel sur des Espagne ?

ÉQUINOXE

De verts signes sous de solaires flottements
Viens voir, ma sœur, dans les champs,
Comme de noirs popes annonçant le soleil sous terre,
Les grillons s’affairent avec des flûtes
Jusque sur le seuil des tombeaux
Et, là, trépassent.
Ici-bas, au-delà des villes, nous sommes allés
Nous mettre aux aguets des calvaires menant devant chaque porte.
Allons, ma sœur, résigne-toi à ne pas soupirer.
En un seul jour – pas plus – les bourgeons et les herbes ont poussé
Aussi vite que les ongles et les cheveux des décédés.
Hé, vous, créatures qui fûtes, où êtes-vous ?
Ne marche pas, ma sœur, sur leurs lumières – ces violacées herbes du vent.

VILLE ANCIENNE

Nuit. Le déroulement des heures
S’accomplit sans la moindre consigne.
Tais-toi, les aiguilles s’arrêtent
Regrettant le tout dernier signe.

Sous les portes, les êtres du sommeil
S’insinuent, chiens rouges et soucis.
Dans les rues, mince, mais plutôt grande,
Chemine la pluie, d’échasses nantie.

Le long des murs, un vent ancien
Encore croise le deuil et le fer.
Plusieurs de nos moult braves ancêtres
Se lèvent, puis descendent aux enfers.

La tour noire persiste, bien debout,
Pourtant, compte ses ans, accablée.
Tais-toi, car le saint de pierre
De nuit, son auréole a consumé.



ÉPINES

Je me souviens que, dans mon enfance, je cueillis,
un beau jour, des roses vraiment sauvages.
Elles avaient nombre d’épines
que je n’ai point ôtées.
Je les croyais bourgeons
lesquels allaient fleurir.

Je t’avais rencontrée ensuite, toi. Ô, que d’épines
tu avais alors –
n’ai voulu te les enlever,
croyais qu’elles allaient fleurir.

Je revois tout ceci
en mémoire, et souris. Avec le sourire,
j’erre au hasard des vallées
prenant mes ébats en plein vent. Je n’étais qu’un enfant.

L’ÉTERNEL

Contrarié, on le prend en chasse et, en tâtant dans les ténèbres,
on en flaire la trace en soi-même ou au firmament,
le progrès le pressent qui imprègne les lendemains
et, dans les nuits passées, le retrouve la résignation.
Un voile impénétrable déguise l’éternel en nuit bien noire.
Personne ne le voit, personne –
pourtant n’importe qui peut le trouver,
de même que moi, je rejoins tes lèvres dans l’obscurité,
ma bien-aimée, à minuit, quand nous, on susurre
en cachette, de ces grands mots sur le sens de la vie.

Traduit du roumain par
Constantin FROSIN

 
 
MARIN SORESCU

SOLITUDE

Au chevet du grabataire
Rien que le chevet. Il relève sa tête de là-dessus
Et, comme s’il le voyait en première,
Il lui demande d’une voix éteinte :

- Tu es venu me tenir compagnie,
N’est-ce pas, mon chevet ?

- Oui.
Il faut bien qu’il y ait quelqu’un auprès de toi
Pendant ces heures qui courent,
Car tu es gravement malade.

ÉCHELLE AU CIEL

Seul, un fil d’araignée
Pend du haut plafond,
Exactement au-dessus de mon lit.

Jour après jour, je m’aperçois
De ce qu’il descend toujours plus bas.
On m’envoie chercher, voire
Une échelle au ciel, dis-je.
On me la jette de là-haut.

Bien que j’aie maigri trop, terriblement même,
Je ne suis que le fantôme de qui je fus.
Je me rends compte que mon corps
Reste cependant trop lourd
Pour cette échelle tellement délicate.

Vas-y, mon âme, vas-y toi de l’avant,
Vas-y mollo !

L’ ÉTANT PARTI

Il est parti sans prendre la peine de vérifier
S’il a éteint le gaz
Ou s’il a fermé les robinets d’eau courante.

Il n’est plus revenu sur ses pas,
A cause de ses petits souliers neufs –
Pour chasser les vieux, plus commodes.

Il est passé devant le chien
Sans lui adresser la moindre parole.
Celui-ci fut fort étonné, puis se rassura :
« Cela veut dire qu’il ne va pas trop loin.
Il rentrera sous peu ».

SPECTATEUR

J’observe avec intérêt
Le combat que livre l’instinct à la vie,
Au génie de la mort.

La vie met en œuvre mille et un subterfuges
La mort descend dans l’arène en usant de mille perfidies,
Pareille à deux gladiateurs
L’un armé d’un trident et d’un filet,
L’autre combattant avec le glaive.

Resserré entre la logique mystérieuse
De la vie,
Et la logistique majestueuse de la mort,
J’ai mué en les lieux mêmes du combat
Tout ce qui reste de moi,
Ce sont juste les yeux –
Pour voir et pour se rendre, terrorisés.

LE BÉLIER AUX CORNES RECOURBÉES

Le bélier aux cornes recourbées
Par 24 fois recourbées de tous les côtés,
Recule de quelques pas, prend son élan,
Puis charge et fonce sur une tête de pont.

Il combat furieusement une tête de pont,
Le bélier impérieux, aux cornes recourbées.

Ensanglanté, il s’agenouille et dit :
« Je me heurtai aux bornes de la connaissance,
J’ai lutté avec elle,
Mais ne parvins pas à la faire bouger,
Elle ne remua guère…

Ma peur de la mort m’y poussa,
Ma vaillance m’a déterminé à la charger ;
Rien n’y fit.

Cette tête de pont, c’est bien la mort…
Et ma tête de bélier moult en pâtit.

Ô, soleil, vers toi s’élève toute notre espérance,
Vers toi, qui… »

De grosses larmes perlent et ruissellent de ses yeux
Tellement beaux, de bélier.
Et s’en vont scintiller d’impuissance ses cornes
Recourbées par 24 fois.

Traduit du roumain par
Constantin FROSIN